Vomir c’est mieux repartir

Ma fille me racontait : « Lorsqu’une de mes amies a trop bu lors d’une soirée, je lui dis : t’en fais pas, vomir c’est mieux repartir »

L’anecdote m’a fait sourire mais l’analogie avec le milieu du travail est moins évidente.

À force de respirer l’air d’un environnement toxique, de subir du stress à en avoir mal au ventre, de s’épuiser et de vivre des conditions de travail difficiles à gérer (et à digérer), tôt ou tard, notre système fera ressortir toutes ces cochonneries!

Ce ne sera rien d’appétissant. Un mélange dégueux sentant le burn-out, l’épuisement, la dépression, l’anxiété, le mal de vivre et le etc.

Vomir fait mal, nous rend impuissant, les yeux veulent nous sortir de la tête et ça pu !

Mais on ne devrait pas en avoir honte car c’est aussi un mécanisme de défense efficace. Un traitement choc souvent nécessaire au processus de reconstruction. Un moment pour reprendre des forces, mieux se connaître et accepter nos limites.

Cette période de réflexion et de repos, même si imposée, peut signifier le début d’une vie meilleure, d’un nouvel emploi, d’une réorientation de carrière ou de tout autre nouvelle habitude positive.

Vomir c’est mieux repartir…qu’en dites-vous ?