L’ENTREVUE

Soyez prêt !

Aller en entrevue est un grand facteur de stress ! Vous avez attendu longtemps pour obtenir cette entrevue, vous savez que la compétition sera forte…mais vous êtes prêt !

Sachez toutefois que certains commentaires peuvent d’office vous discréditer aux yeux des recruteurs et anéantir, d’un seul coup, vos chances d’obtenir le poste. Autant rester devant votre téléviseur à écumer Netflix !

 

1. Ne parlez pas en mal de votre compagnie précédente

 

Ne parlez pas en mal de votre patron ou ancien patron, ne parlez pas en mal de vos collègues ou de l’ambiance de travail. Ne parlez pas en mal, point.

Si vraiment la raison de votre départ est une mauvaise entente, ne mentez pas pour autant, mais demeurez positif. Dès que vous commencerez à dire que vous n’aimiez pas votre travail ou votre patron, vous sèmerez tranquillement (parfois même très rapidement !) le doute dans l’esprit du recruteur que la même situation risque de se produire dans sa compagnie.

Un exemple concret de mots nuancés serait de dire : « Ce sont de bonnes personnes, mais l’harmonie présente n’était pas exactement ce que je recherchais ».

Les compagnies essaient de se débarrasser des employés toxiques et non de les engager.
Vous devez demeurer positif en tout temps!

Exemple de question : « Pourquoi voulez-vous changer d’emploi / avez-vous quitté votre emploi? »

 

M

« J’avais l’impression que mon travail n’était pas reconnu à sa juste valeur. Il n’y avait aucune reconnaissance pour les employés dans cette compagnie. » ou « mon superviseur était un incompétent, j’en connaissais plus que lui ».

Pourquoi on n’aime moins :

vous semez un doute dans la tête du recruteur qui se demande : est-ce que le travail n’était pas reconnu à sa juste valeur ou tout simplement pas à la hauteur des attentes ?

N

Mon travail était reconnu, mais je crois fermement que le poste sur lequel j’applique correspond encore plus à mes valeurs et me permettra par le fait même d’évoluer et de m’accomplir davantage.

Pourquoi on aime :

Vous dégagez une attitude positive.

2. Ne dites pas : « Je suis prêt à faire n’importe quoi… »

Il y a une énorme différence entre être motivé et désespéré. La motivation augmente votre valeur sur le marché de l’emploi alors que le désespoir a l’effet d’un krach boursier… vous ne valez plus grand-chose !

Vous devez donc convaincre que votre embauche donnera le plus haut rendement à long terme. Un BON recruteur ou employeur investira dans le candidat ayant le plus grand potentiel futur, et non dans le candidat qui vous parait le meilleur aujourd’hui.

C’est exactement pour cette raison que les dépisteurs d’équipes sportives professionnelles sillonnent le monde entier afin d’observer des joueurs et joueuses de 12-13 ans. Ils évaluent et misent sur le potentiel.

Bon, bon, on s’égare un peu, revenons à notre sujet. Pour résumer, l’importance est de démontrer que, ce que vous ferez et comment vous le ferez, profitera à la compagnie et comblera ses besoins présents et futurs. Ils ne veulent pas de n’importe qui faisant n’importe quoi, ces gens-là, on les retrouve n’importe où, n’importe quand.

Imaginez la tête du coach si Carey Price (le gardien des Canadiens de Montréal) arrivait un jour dans son bureau, en lui disant, je suis prêt à faire n’importe quoi pour rester dans l’équipe, même jouer à la défense !

Exemple de question : « Pourquoi devrions-nous vous engager? »

 

M

« Parce que j’ai très envie de travailler pour votre compagnie. Vous offrez des bons avantages et j’aime la stabilité. J’apprends vite et serai en mesure d’accomplir pratiquement tout ce que vous me demanderez. »

Pourquoi on n’aime moins :

Réponse unidirectionnelle, axée uniquement sur ce que le poste vous apporte à vous. Manque de précision sur votre contribution aux succès de l’entreprise.

N

« Parce qu’il y aura un échange et un partage de connaissances et expérience avec le reste de l’équipe, ce qui nous rendra encore plus performants et mieux outillés pour relever les défis de taille. Je suis très motivé de mettre mon savoir-faire en gestion de projet en application, ce qui me permettra de jouer un rôle important dans la satisfaction de la clientèle. »

Pourquoi on aime :

Vous créez une situation gagnant – gagnant. L’image que vous venez de peindre est beaucoup plus puissante et convaincante que la précédente.

Nous offrons des services de coaching pour entrevues.

3. Ne récitez pas une liste de compétences qui ressemble à une liste d’épicerie

Je suis un leader. Ah oui? Selon qui? Comment? Depuis quand?

Je suis axé sur les résultats. Ah oui? Lesquels? À quel prix? Que faites-vous lorsqu’ils ne sont pas atteints?

Je suis ponctuel. Ah oui? Vous savez que si vous arrivez à l’heure, mais que vos 10 premières minutes s’écoulent près de la machine à café, ce n’est pas extraordinaire, exact?

Vos qualités et compétences doivent être démontrées par vos accomplissements et vos réalisations.

Vous serez beaucoup plus crédible de cette façon. Votre rôle en entrevue est de résumer vos actions et réalisations. Le recruteur déterminera par association, quelles compétences selon lui, vous possédez afin d’accomplir cette réalisation.

En tirant ses propres conclusions sur vos compétences, le recruteur pourra faire un choix éclairé basé sur des actions concrètes. N’oubliez pas, les gestes sont souvent plus représentatifs que les mots.

Exemple de question : « Quel est votre style de gestion? »

 

M

« Mon style de gestion est basé sur l’atteinte des résultats et sur une communication honnête et directe. Je suis exigeant, tout en demeurant respectueux. »

Pourquoi on n’aime moins :

Trop vague, trop général, trop comme tout le monde.

N

« J’aime bien utiliser mes capacités de mobilisateur afin que chaque membre de l’équipe connaisse leur rôle respectif ainsi que la destination (objectif) à atteindre. »

Pourquoi on aime :

Vous expliquez ce que vous faites, et non ce que vous êtes. En donnant un exemple concret, le recruteur pourra facilement associer les compétences requises à vos actions.

 

4. Évitez les « Je ne sais pas comment faire »

 

Vous n’aurez sans doute pas toutes les compétences ni toutes les connaissances exigées dans la description de tâches. Je dirais même que c’est la norme, donc, ce n’est pas la fin du monde. L’important par contre, est de savoir comment compenser pour ce manque d’expérience.

Alors, devant une situation où vous n’avez pas la totalité des exigences requises, ÉVITEZ les : « je n’ai jamais fait ça dans le passé, mais j’apprends vite ! » ou pire encore : « je ne sais pas comment faire » !

Il vous faut trouver une expérience passée pour laquelle vous avez utilisé des compétences semblables. Vous devez réfléchir rapidement, car la question du recruteur sera souvent fermée avec un oui ou un non comme réponse.

Par exemple, le recruteur pourra vous demander : avez-vous géré des équipes multisites ? Si vous ne l’avez jamais fait, le premier réflexe sera de dire non, je n’ai jamais fait ça. Vous ne pouvez pas non plus mentir en disant oui !

Allons, vite, pensez à une tâche ou action se rapprochent le plus de celle-ci !

Vous pouvez alors mentionner que dans le cadre de vos fonctions, vous avez eu à collaborer avec des départements ainsi qu’avec ses fournisseurs externes, ce qui exigeait une logistique semblable à la gestion d’équipe multisites.

Exemple de question : « Avez-vous de l’expérience dans un environnement syndical? »

 

M

« Non je n’ai jamais travaillé dans un environnement syndical, mais je suis certain que si j’avais eu à le faire, j’aurais fait du bon boulot. »

Pourquoi on n’aime moins :

Vous ne vous donnez pas la chance de démontrer que vos  compétences transférables vous permettront de bien accomplir la tâche.

N

« J’ai souvent eu à établir ou à suivre des procédures internes concernant les vacances, les évaluations, la gestion de la performance afin de créer un climat d’équité pour tous les employés. Un peu comme une convention syndicale, les procédures doivent être connues et suivies de tous. »

Pourquoi on aime :

Démontre que vous avez une compréhension sommaire du fonctionnement et des enjeux du milieu syndical et possédez les compétences requises. Ce n’est qu’une question de temps avant que la tâche soit bien maitrisée.

 

5. Ne posez pas de questions vides durant ou à la fin de l’entretien

 

Je vous assure ceci est une histoire vraie : à la fin de l’entrevue, je demande au candidat s’il a des questions pour moi. À ma grande surprise, sa première fut : avez-vous un « party » de Noël et si oui les conjoints sont-ils invités ?

Les questions doivent toujours avoir comme objectif d’en apprendre plus sur les valeurs de la compagnie et sur le poste afin de vous permettre de confirmer si le fit est bon ou non. Il ne faut pas oublier qu’un emploi est maintenant une relation de donnant-donnant.

Oui, vous fournissez votre temps et votre expertise en échange d’un salaire, mais quelle est votre plus-value au sein de cette entreprise et comment celle-ci peut vous emmener à grandir professionnellement ?

Trop de personnes posent des questions parce qu’elles ont lu quelque part que c’est ce qu’il faut faire. C’est tout faux !

Au contraire, il se pourrait très bien que vous ayez pu poser vos questions durant l’entrevue, car il y a un échange, une conversation. Ce qui en fait, pourrait être un signe de bonne fluidité entre vous et votre interlocuteur.

Exemple de question : « Avez-vous des questions? »

 

M
N

« Quels sont les avantages sociaux? »

« Non merci. »

« Est-ce que je peux utiliser mon cellulaire durant les pauses? »

« Si vous pouviez le commander sur Amazon, comment serait le candidat idéal? »

« J’en avais, mais vous m’avez donné la chance de vous les poser durant l’entretien » 

« Quel est votre plus grand défi en ce moment? »

« Comment faites-vous pour générer une culture d’entreprise positive? »

CONCLUSION

Espérer le meilleur, planifier pour le pire !

 

En espérant que la lecture de cet article vous évitera quelques impairs en entrevue. 

Je le dis et le répète, il ne s’agit pas d’ètre parfait en entrevue mais bien de comprendre les besoins du recruteur et de fabriquer vos réponses en fonction de ceux-ci.

Mettez-vous à sa place pour un court instant, pratiquez vos réponses aux questions qui vous causent le plus de difficulté et SOYEZ VOUS-MÊME, à votre meilleur mais vous-même.  Tout ira bien!

Bonne entrevue!

Vous voulez du coaching pour pratiquer et améliorer votre performance en entrevue?

Contactez-nous sans tarder!

Contactez-nous

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *